ACCUEIL

ÉCOLE COLLÈGE

LYCÉE

ACTION ÉDUCATIVE

POLITIQUE NUMÉRIQUE

Vers la lecture expressive (baladodiffusion)

niveau(x) éducatif(s)
Cycle 4 : Cycle des approfondissements (5e, 4e, 3e)

 

   
 

icone clac baladodiffusion 

 

Séance balado de niveau 3ème  qui a pour objectif de faire prendre conscience de tous les paramètres inhérents à la lecture pour faire apparaître, à l'oral, le sens du texte.

L'exercice permet de travailler les compétences du socle :

  • compétence 1, maîtrise de la langue, lire, adapter son mode de lecture à la nature du texte proposé et à l’objectif poursuivi ;

  • compétence 1, maîtrise de la langue française, repérer les informations dans un texte à partir des éléments explicites et des éléments implicites nécessaires.

Périodicité : mise en place des critères de mise en voix en début d'année, application par un entraînement régulier tout au long de l'année

Moment : à l'issue d'une étude de texte

Durée : 1h30

Matériel : MP3

Objectifs : faire prendre conscience de tous les paramètres inhérents à la lecture pour  faire apparaître, à l'oral, le sens du texte   : rythme, mots en relief, sonorités récurrentes, intensité et tonalité...

 

Modalités d'organisation, dispositifs:

A partir d'un extrait court et cohérent, faire repérer les différents paramètres qui contribueront à faire comprendre le texte par sa lecture.

«À partir de ce moment je ne me souviens de rien, sinon de l'attaque soudaine du chirurgien qui plongea un outil dans ma gorge, de la douleur que je ressentis et du cri de bête qu'on éventre que je poussai. Ma mère, qui m'entendit d'à côté, fut effarée. Ce souvenir est, je crois, le plus pénible de mes souvenirs d'enfance. Non seulement je ne comprenais pas que l'on m'eût fait si mal, mais j'avais la notion d'une duperie, d'un piège, d'une perfidie atroce de la part des adultes, qui ne m'avaient amadoué que pour se livrer sur ma personne à la plus sauvage agression. »

Michel LEIRIS, L'Âge d'homme (1939)

Comment faire apparaître, en mettant le texte en voix, les axes de lecture suivants :

  • L’évocation d’une douleur

  • La violence de la situation remémorée

  • Le regard rétrospectif de l’adulte sur son passé d’enfant

 

Premier point d'observation : les indices de rythme

Les signes de ponctuation que l'on repère par un /(slash)  pour les pauses courtes et // (double slash)pour les pauses longues permettront aux élèves d'observer  le rythme, les périodes syntaxiques.

Le repérage initial de la ponctuation :

Cet exercice vient en préalable, car les élèves de 3ème identifient les signes de ponctuation comme signe du rythme, même s'ils ne les respectent que rarement à la lecture.

« À partir de ce moment je ne me souviens de rien, / sinon de l'attaque soudaine du chirurgien qui plongea un outil dans ma gorge, /de la douleur que je ressentis et du cri de bête qu'on éventre que je poussai.// Ma mère,/ qui m'entendit d'à côté, /fut effarée. //Ce souvenir est,/ je crois, /le plus pénible de mes souvenirs d'enfance. //Non seulement je ne comprenais pas que l'on m'eût fait si mal,/ mais j'avais la notion d'une duperie,/ d'un piège, /d'une perfidie atroce de la part des adultes,/ qui ne m'avaient amadoué que pour se livrer sur ma personne à la plus sauvage agression.// »

Michel LEIRIS, L'Âge d'homme (1939)

Pour transférer les repérages directement à la mise en voix on fera travailler les élèves sur le souffle.

Dans un premier temps, on demandera aux élèves, par groupe de 6 élèves, en chœur, debout, en une seule inspiration de lire le maximum de texte. Ils se retrouvent rapidement sans souffle, le plus souvent à peine au terme de la troisième phrase.

Le texte est alors inaudible et incompréhensible.

On reprend les indices de ponctuation, comme éléments repère de souffle et on fait énoncer à haute voix les indices matérialisés par les slash/ Par cette identification, le signe est clairement repérable.

« À partir de ce moment je ne me souviens de rien, /(1) sinon de l'attaque soudaine du chirurgien qui plongea un outil dans ma gorge, /(1)de la douleur que je ressentis et du cri de bête qu'on éventre que je poussai.//(1-2) Ma mère,/ (1)qui m'entendit d'à côté, /(1)fut effarée. //(1-2) »

Michel LEIRIS, L'Âge d'homme (1939)

Deuxième point : la mise en relief de mots-clefs

Les élèves choisissent dans chaque phrase un mot ou groupe de mots qu'ils jugent essentiels pour rendre compte de leur compréhension du texte, en le surlignant.

Le choix sera systématiquement justifié à l’oral.

Voici deux exemples de justifications proposées par des élèves :

« À partir de ce moment je ne me souviens de rien, /(1) sinon de l'attaque soudaine du chirurgien qui plongea un outil dans ma gorge, /(1)de la douleur que je ressentis et du cri de bête qu'on éventre que je poussai.//(1-2) Ma mère,/ (1)qui m'entendit d'à côté, /(1)fut effarée. //(1-2) » 

Par ce premier choix, l’accent est mis sur la violence de l’instant.

« À partir de ce moment je ne me souviens de rien, /(1) sinon de l'attaque soudaine du chirurgien qui plongea un outil dans ma gorge, /(1)de la douleur que je ressentis et du cri de bête qu'on éventre que je poussai.//(1-2) Ma mère,/ (1)qui m'entendit d'à côté, /(1)fut effarée. //(1-2) »

Cette proposition accentue l’intensité de la douleur ressentie.

Troisième point : le choix de la tonalité 

On proposera aux élèves de varier les critères de mise en voix qui forment la tonalité :

  • la hauteur, du grave à l'aigu

  • l'intensité, du chuchotement aux hurlements

  • le débit, de la lenteur à l’extrême vitesse

  • la couleur, joie, colère, peur, désespoir....

Faire tester les tonalités et valider celles les plus pertinentes.

Analyse rapide de la séquence du film Le Schpountz de M.Pagnol avec Fernandel qui varie pour montrer ses talents d'acteur la même phrase du code pénal : «  Tout condamné à mort aura la tête tranchée »

extrait M.Vinaver  Dissident, il va sans dire

Progression d'apprentissage et évaluation

Les élèves préparent trois lectures, en autonomie, une en classe, une devant la classe.

Pour travailler et s’entraîner en autonomie, les élèves utilisent un lecteur enregistreur, type dictaphone.
Leur première évaluation portera sur un extrait enregistré en temps libre, ainsi les élèves peuvent multiplier les enregistrements et profiter de chaque écoute pour progresser.

Au retour le professeur évalue chaque enregistrement, en écoute libre. On limitera à deux écoutes chaque enregistrement, afin de garder la spontanéité et une impression globale du texte. On valorisera l’audibilité et le rythme.

La deuxième évaluation portera sur un second enregistrement pris en temps limité, réalisé en classe. Les critères de réussite pourront insister davantage sur les mots en relief.

La dernière évaluation consistera en une lecture à la classe, avec co-évaluation, à l'aide d' une grille élaborée en classe avec les élèves.

Les critères de réussite s'appuient les points précédents :

  • respect du rythme, observé en co-évaluation par un groupe  d'élèves qui ont le texte sous les yeux  et qui doivent annoter leur support à l'aide du code /- //. Ils analyseront ainsi les correspondances entre signes écrits de ponctuation et rythme

  • les mots clé accentués  repérés par un autre groupe d'élèves qui les prennent en note, sans être en possession du texte. Ils les confronteront avec le support de l’élève lecteur en fin de lecture.

  • un dernier groupe analyse la couleur proposée par le lecteur.

 S.Perrein-Lemaire et S.Paraché

Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur, et de la Recherche

education.gouv.fr

Enseignement supérieur et recherche

enseignementsup-recherche.gouv.fr

Plan du portail pédagogique

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Flux rss du portail Flux RSS des articles publics